Me retourner et plonger dans tes yeux ardents
Où brûlent, à la fois, le manque et le plaisir
Me suspendre à tes lèvres gorgées de désir
Et y poser les miennes, indéfiniment

Ressentir en émoi tout ton corps tressaillir
Submergé par le flot de cette délivrance
Quand la raison s’efface et le cœur la devance
Et te prendre en mes bras avant de défaillir

Serrés l’un contre l’autre en une étrange transe
De caresses en baisers de regards appuyés
De sourires enjôleurs de souffles entrecoupés
Nos âmes se fondent en toute cohérence