Les vagues de la mer lentement sur la plage
Apportent et remportent des bouts de coquillages
Autrefois toi et moi les ramassions ensemble
Et couché sur le sable le temps qu’on les assemble

Le soleil s’en allait

La fraîcheur de la nuit s’emparait de nos corps
Et sans faire aucun bruit nous enlaçait plus fort
Et nous nous rapprochions en un murmure soudain
Etouffant nos ardeurs tandis que tout au loin

Le soleil revenait

A l’aube d’un nouveau jour la vie m’apparaissait
Une vague partait et rien à mes côtés
Tout était silencieux même la mer se taisait
Honteuse d’avoir volé l’amour qui me hantait

Et le soleil brûlait