La lune ronde et pleine à mes yeux se confond
Elle darde sa lumière en une invitation
A suivre de mes yeux les cirques et les vallons
Et plonger plus avant le long d’un long sillon

Je suis le souffle court et la gorge nouée
Une ligne creusée sur la courbe élancée
Mes doigts à mon regard prennent alors le relais
Et j’effleure le grain de ta peau réchauffée

Voilà que la lune en son orbite bouge
Elle ondule roule et tangue aux contacts appuyés
De mes doigts de ma main et parfois d’un baiser

Voilà que ta lune en son orbite bouge
Et s’offre avec entrain aux plaisirs du toucher
Elle s’ébranle et révèle sa face cachée