Seul j’irai me coucher triste mélancolique
Sur un lit rocailleux déchiré par les flots
Attendant sans regret la Dame famélique
Qui saura m’embrasser dans un dernier rouleau

Lorsqu’elle m’emportera d’un sourire angélique
Remplir d’eau mes poumons et quitter les vivants
Ce sera toujours mieux que les plaisirs sadiques
Qui me jettent à loisir tout contre les brisants

Et si malheureusement quelqu’un trouve en des slikkes
Quelques restes osseux rejetés par les eaux
Ne voulant rien laisser encore moins des reliques
Laissez les chiens errants se nourrir de mes os

(c) Jean-Christophe Mojard