Rien qu’un soupir un vent léger
Et son parfum sur moi se pose
Mon cœur soudain vient s’emballer
À la douceur que je suppose
Enivrante à la regarder
C’est l’évidence qui s’impose
De ses caresses à mes baisers
Aux lèvres rouges de la rose

Ce serait folie de toucher
Cette beauté à peine éclose
Qui offre en toute volupté
Le merveilleux qui la compose
Il faut savoir raison garder
Quand la nature autant expose
Un cœur fragile ainsi lové
Aux lèvres rouges de la rose

Aussi qui voudrait la couper
Tandis que seule elle dispose
Se verrait sitôt sanctionné
Car ses épines s’interposent
Laissant le velours de côté
Pour des griffes et bien d’autres choses
Où le sang sera reversé
Aux lèvres rouges de la rose

Chaque seconde est un été
Où le temps semble prendre pause
Comme un bonheur inachevé
Un remède à la sinistrose
La belle en mon jardin secret
S’épanouie et prend la pose
Ma vie est un rêve éveillé
Aux lèvres rouges de la rose