Monsieur Gräfenberg vous avez tué l’amour
À donner à ces hommes avides et trop pressés
Le chemin d’un trésor qu’ils s’empressent à chercher
Grattant et burinant en ce lieu et autour

Bien malgré vous je sais vous n’incitiez d’aller
De façon si directe en ce territoire
Mais les hommes ont longtemps contempler le miroir
Au jeu de la longueur et du torse bombé

C’est ainsi qu’ils ont pris mauvaise habitude
À peu considérer de la femme le corps
Et son anatomie pour eux est un effort
Qui ne mérite pas plus amples études

Toute fleur à pourtant besoin pour éclore
De lumière et chaleur de protection et d’eau
À juste mesure ni pas assez ni trop
Pour qu’elle reste vive et ne se décolore

Les femmes messieurs ne sont pas vaginettes
Leur corps leur appartient leur plaisir tout autant
Apprenez à offrir au lieu de dire je prends
Et vous verrez qu’elles vous seront plus ouvertes

De regards en mots de souffles en caresses
Des joues des épaules des flancs et des jambes
Et non pas que des seins fesses et entrejambe
Qu’il convient de pétrir et pénétrer sans cesse

Attardez-vous donc à votre partenaire
Découvrez avec elle en longues randonnées
Apprenez avec elles elles sauront vous donner
Au delà de votre plaisir solitaire

Apprenez à connaître au lieu de soumettre
Apprenez à aimer au lieu de vous méprendre
En pensant qu’une femme est objet à prendre
Vous tomberez bien bas à par trop l’omettre

Vous goûterez alors à l’amour partagé
Mais n’allez pas trop vite et n’allez pas trop fort
Il est encore un point qui mérite un effort
Avant d’aller plus loin vers ce fameux point G

Car voyez-vous messieurs il est un capuchon
Qui protège un bouton que vous négligez trop
Il est de votre verge son alter ego
Capable de porter plus loin que l’horizon

Vous aimez qu’elle vous fasse aimez aussi lui faire
À tour de rôle ensemble ou de bien des façons
L’amour ne doit souffrir de ces contrefaçons
Qui lui donne une image triste et délétère

Deux amants deux personnes deux cœurs et deux corps
Partageant leurs secrets intimes et profonds
Pourront ainsi ensemble en unique passion
Découvrir des plaisirs inconnus jusqu’alors

Crédit dessin : © Dessinatrice Cy

2 réflexions sur “Monsieur Gräfenberg vous avez tué l’amour