Je suis là mais sans l’être et mon esprit se perd
Dans d’heureuses pensées où tu viens chaque soir
Quand s’éteint la journée que la magie opère
Et que ton corps prend vie du fond de ma mémoire

Dans ce demi sommeil et ce temps suspendu
Je peux alors goûter ta bouche mutine
Dont la saveur sucrée tel un fruit défendu
Devient le nectar que ma langue butine

Je n’ai encore jamais franchi le Rubicon
Même lorsque l’envie au fond de moi tiraille
Et que les mots d’amours que nous alambiquons
Me donnent le courage de livrer bataille

Mais chaque nuit qui passe apporte un lendemain
D’autres rêves en moi attendent et se bousculent
Comme celui de ce jour où je te tiens la main
Sans avoir besoin de vivre en somnambule

Crédit photo : © Phil Desforge