Dans les brumes d’alcool où je traîne ma vie
Je ne sais où je suis perdu et sans boussole
Mon horizon s’affole et mes jours et mes nuits
Sont perdus eux aussi dans les brumes d’alcool

Je n’ai plus goût à rien et de corps et d’esprit
Quand la raison s’enfuit il n’est de lendemain
Je ne suis que chagrin à la mélancolie
Mes maux s’achèvent ici je n’ai plus goût à rien

Ne cherchez pas mon corps dans cette fange humide
Car mes restes putrides à d’autres servent encore
La vie naît de la mort au compost fétide
Où je chrysalide ne cherchez pas mon corps

Photo : © Jean-Christophe Mojard