Je m’en irai bientôt et ne reviendrai pas
C’est ainsi que mes mots eux viennent à trancher
Il me faut donc écrire avant que le trépas
En sa Dame en haillons ne vienne me chercher

Écrire aux souvenirs de ma vie ici-bas
Quelques livres ou recueils et surtout un carnet
Écrire à mes amis sans qu’il n’y ait débat
À vous le verre levé ou bien le dos tourné

Je ne sais pas encore où sera mon tombeau
Dans quel recoin humide il faudra me descendre
Puisque je n’aurai plus ni bûcher ni flambeau
Ni la forêt des Landes où disperser mes cendres

Quelques années encore à ranger mon bureau
Ordonner mes papiers puis donner ou bien vendre
Afin de n’emporter que le poids de mes maux
Vers cette vie d’après que j’ai trop fait attendre

Crédit photo : © Pasja1000