Blog

  • Home
IMG_8945

Bonjour les amis : Ça me fait réellement plaisir de vous retrouver parce que j’ai une super nouvelle à vous annoncer : on parle de moi sur BFMTV ! Bon, au début, j’étais quand même dégoûté : ils mélangeaient tout et parlaient d’un incendie criminel, mais ils ont fini par lâcher le morceau. Maintenant, j’ai le droit au sextuple homicide et tenez-vous bien, au titre de L’égorgeur de Nay !

Tout s’accélère. J’ai comme l’impression d’assister à ma propre naissance, c’est prodigieux. J’ai donc acheté ce beau carnet et c’est sur cette extraordinaire nouvelle que je commence à écrire. J’en ai les larmes aux yeux. L’égorgeur de Nay c’est quand même quelque chose.

Désormais, il va me falloir faire un peu plus attention. J’ai conscience que j’ai eu beaucoup de chance jusqu’à présent. Je sais aussi que les flics en savent déjà plus que ce que les médias divulguent. Cependant, j’ai beau me lancer dans le truc, j’ai quand même lu pas mal de bouquins pour me faire une idée.

La première chose à faire, c’est ne pas me cantonner à la concurrence. Faut vraiment que je garde en tête de ne pas me faire profiler par un blanc-bec revenant d’un stage aux USA. Pas de lien entre les victimes. Faut faire passer ma petite expédition pour un règlement de compte ou une entrée en matière qui n’a rien à voir avec le milieu de la coiffure. Je vais choisir un peu au hasard pour distribuer les prochains sourires. Si je vous dis ça, vous vous doutez bien que j’ai déjà travaillé la question n’est-ce pas. Bande de petits malins.

Allez, je vous dis tout. J’ai une tenue en blanc et rouge, ce qui veut dire ? Oui ! C’est bientôt les fêtes de Bayonne ! Baionako Festak ! Alors ni vu ni connu, je vais y aller pour faire une entaille rapido, juste sous le foulard d’un festayre et on verra rien. Oui, je sais qu’il y aura des flics en civil, des caméras, mais dans une bonne ambiance bien tassée, la nuit, avec des mecs bien imbibés, ça va passer crème.

Mais, avant de partir, je dois régler le détail de l’ADN. Je cherche le film où le gars se fait passer pour un autre afin de partir dans l’espace. Je revois les scènes où il se coupe les ongles, frotte sa peau, fait gaffe à ses cheveux, ses cils. Tous les trucs pour ne pas laisser d’indice. Je reviens vers vous après.

J’ai trouvé. C’est « bienvenue à Gattaca ». Trop bien le film. J’ai pris des notes et vais préparer des échantillons pour polluer les prochaines scènes de crime. Au début, je pensais me fournir dans mon salon de coiffure, mais le problème, c’est que ça va faire un bornage autour de chez moi. Alors, je vais aller prospecter ailleurs. À plus.

Coucou ! Comme je suis toujours sur les fêtes de Bayonne, je vais pas sauter une page dans le carnet. J’écris donc à la suite. J’adore, ça commence à se remplir.
Donc, j’ai commencé à récupérer des trucs dans les poubelles et les hôtels. C’est fou ce qu’on trouve dans les moquettes des hôtels putain ! Les gens sont dégueulasses. Je n’y avais jamais pensé avant, mais les crados des écoles qui mettaient leurs crottes de nez sous les chaises ou les bureaux et bien, ils continuent ! Regardez un peu autour de vous quand vous irez au resto, au ciné ou même assis à un café, c’est dingue ! Hier, j’ai vu un gars éternuer dans sa main et regarder le truc qu’il avait mis dans sa paume. Il l’a essuyé discretos sur un dossier de chaise. C’est dommage, j’aurai bien récupéré un peu du fluide pour le coller sur une prochaine victime.

Bon, je suis prêt. J’ai l’impression de peser trois kilos en moins avec tout ce que je me suis frotté. Plus propre et lisse que moi, tu meurs ! Maintenant, je sais que le risque zéro n’existe pas, mais j’ai sacrément limité le truc. Si je me fais pas coincer, on se revoit.

J’ai eu du cul, je vous raconte pas ! Ça me fait toujours autant marrer cette phrase. Je repense aux Inconnus : « Je te raconte pas », « Dommage, j’aurais bien voulu savoir », « Attends, je te raconte ». MDR ! N’empêche que j’ai vraiment eu du cul. Je vous raconte.

Tout d’abord, j’ai bien fendu le gars. Le truc sympa, vite fait, bien fait. Pfiiiit, la lame a glissé juste sous le bandana, le gars est tombé, mais avec plein d’autres. En fait, ils étaient tous blindés, alors un de plus ou un de moins dans l’herbe avec la gerbe autour, personne n’a rien vu. J’ai laissé mon rasoir avec les empreintes d’un biberonné à la bière dessus et suis rentré par les petites routes. J’ai failli me perdre parce que j’avais pas le GPS et j’avais laissé mon tel ici pour le bornage.

Donc, vous allez me dire c’est où le coup de cul ? Et ben, ils ont découvert le gars assez vite, car ça a castagné et les flics sont intervenus. Mais ça, c’est rien. En fait, il y a déjà eu un meurtre dans le coin. Sur la route, les infos en ont parlé, ils ont fait référence à une feria rouge à Dax. Et là, j’apprends quoi : deux cracks ont torché l’enquête en un rien de temps. Les flics Zubieta et Lissalde. Mon coup de cul, c’est que c’est pas eux qui ont l’enquête. Parce qu’à entendre les journalistes, c’est un duo qu’il vaut mieux ne pas avoir sur son chemin. Surtout le Zubieta apparemment.

Bref, pour ce que j’ai entendu, ils s’orientent sur la castagne et ont même arrêté d’autres gars avec des lames de rasoir et autres coupe-coupe. Donc y’a des chances que ça reste là-dessus et qu’ils collent ça sur le dos de l’alcolo de service qui ne s’est pas rendu compte que je lui faisais toucher mon rasoir. Avec les grammes qu’il avait dans le sang, il ne devrait même pas se souvenir d’avoir tailladé le mec.

Donc un, j’ai eu de la chance pour la baston avec des lames, mais deux et surtout deux, le duo de flics n’est pas sur l’affaire. J’espère en tout cas, parce qu’avant de vous écrire, j’ai un peu pioncé certes, mais j’ai surtout lu sur le net (avec un VPN oui) et il faut vraiment se méfier des deux loustics. Ce qui est drôle quand même, c’est que le premier est un ancien international de rugby et l’autre de pelotari. Comme quoi y’a pas que moi qui me diversifie dans mon métier. Et vous savez quoi ? Ils ont fait un livre ! Vous imaginez le truc ! Y’a même un fan qui tient leur site internet. Putain, vous croyez qu’un jour j’aurai le mien de livre avec la compilation de mes carnets. L’extaaaase.

Laisser un commentaire