Blog

  • Home
image

Le Navarre vaut bien un fromage

Un camembert au four posé sur une planche de bois avec son accompagnement de salade et noix.

Tout est parti d’une story sur Instagram. L’histoire était alléchante, il restait à la vérifier en dehors de la virtualité. Chose faite et cela en valait largement un poème.

Œuvre photopoétique #6 déposée sur une table du restaurant Le Navarre à Lourdes.

Le Navarre vaut bien un fromage

Sur son lit de verdure il repose en hommage 
À ces lieux de pâture où naissent les fromages
Son suave fumet son empreinte olfactive
En vient à parfumer ma plume qui s’active 

Près de lui allongées rien qu’à ma vue croustillent 
De belles et bien bronzées tranches qui m’émoustillent 
À l’eau de ma bouche ne manque que le vin 
J’entends qu’on le débouche on frôle le divin 

L’influent sortilège la story d’Instagram 
M’invite au sacrilège à chaque photogrammes 
Et je plonge et replonge ivre en déperdition 
Au plaisir que prolonge mon âme en perdition 

Ce n’est qu’en arrivant aux veines de la planche 
Qui servaient de divan à cette folie blanche 
Que revint ma raison le temps de commander 
En toute déraison un gourmand de café 

J’ai testé Le Navarre et j’y ai succombé 
Mon âme quelque part en reste perturbée 
Mes papilles acclament des mets des Pyrénées 
La carte en fait réclame et me crie revenez 

Laisser un commentaire