Si vous m’avez trouvé c’est que je suis parti

Si vous m’avez trouvé c’est que je suis partiSans trompette ni tambour le cœur solitaireEmportant le secret de ces jeux interditsQuand nous faisions l’amour mais sans en avoir l’air Sur la table une lettre à côté d’un carnetL’écriture est tremblante et parfois quelques rondsLà où s’enchevêtrent les pleins les déliésOnt dilué de l’encre aux sanglots…