Le vagabond

Dans les méandres obscurs des tristes paysagesOù rampent en abondance de sombres verminesLes sillons cérébraux n’ont que mauvais présagesDe mauvaises récoltes et de grandes famines Au milieu de ces champs parsemés de rocaillesLe vagabond se meut entouré de vipèresQui sifflent incessamment leur discours de racailleAfin de conserver leur sinistre repaire Épuisé au milieu des perfides…