Toi la femme de ma vie

J’ai caressé ta joue j’ai caressé ton corpsEt lovée dans mes bras j’ai caressé ton âmeTendrement nous avons partagé sans effortAmour tendres câlins aux lueurs de nos flammes Il n’est plus à present qu’un nous deux sans raccordMêlés voire fusionnés sans que l’autre réclameEt nos chemins s’ouvrent sur de nouvelles auroresComme un sentier commun que…

Et puis après, encore

Poser mes yeux sur ta lune Et sans retenue aucune Laisser glisser sur tes fesses La douceur de mes caresses Du bout des doigts appuyés La chaleur de mes baisers Voir suinter entre tes cuisses La source de mon délice Eau de plaisir rose et miel À mon désir artériel Qui gonfle en toute indécence…

Les oiseaux du bonheur

J’ai tant renoncé à y croire et cessé d’espérerQue j’ai failli ne pas le voir et passer à côtéLe bel oiseau vêtu de noir et blanc s’est reposéSe sont croisés nos regards et il n’a plus décollé Il a posé ses ailes contre les miennes à mes piedsEst venu se lover tout contre mon corps…

La tectonique des pleurs

Dans le silence éteint où sombrent en profondeurLes sentiments humains noyés dans la douleurLes plaines abyssales aux restes chimériquesS’écorchent aux dorsales des rifts océaniques De ce sang magmatique apparaissent ces croûtesAvancées tectoniques aux amours banqueroutesLeurs sublimes douleurs sont égales aux passionsOù l’un prend la hauteur l’autre la subduction S’éteignent alors meurtris sur la ceinture de…

À l’intérieur, des papillons.

J’ai n’ai pas pris le temps de vous dire Que je suis parti comme un voleur De vous dire que mon cœur n’aspire Qu’à cesser de battre à l’intérieur Et brillent ses yeux loin des étoiles Où l’on accrochait nôtre bonheur Il ne reste plus rien sous le voile Plus rien ne s’allume à l’intérieur…